Cécile Matringe,  basée à Sainte Colombe près Vernon dans l’Eure (27), a rejoint notre équipe de formatrices et formateurs qui viennent à votre rencontre pour partager leurs connaissances et aider chacun·e à devenir plus autonome vers sa santé et dans l’accompagnement des autres.

Elle animera les mini formations de Sylvothérapie dans les villes de Brest, Lorient, Quimper, Lannion, Perros-Guirec, Saint-Brieuc et Pontivy.

Profitons-en pour faire davantage connaissance !

 

Bonjour Cécile. Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Bonjour. Oui bien sûr. Cécile donc. Je suis praticienne en sylvothérapie, et j’intègre à cette pratique des outils de PNL (Programmation Neuro Linguistique) et d’aromachologie quand cela me semble pertinent. Passionnée par les arbres, la Nature et la photographie, je propose également des prestations autour de ces trois univers, dans le cadre de la forêt.

 

Y a-t-il eu un facteur déclenchant qui vous a orienté vers le domaine du bien être ?

Un burn out.
J’aimais beaucoup mon métier précédent (architecte paysagiste) mais je lui consacrais beaucoup trop de temps, et surtout je n’étais plus du tout en accord avec la façon dont il faut le pratiquer aujourd’hui. Et puis je me suis aussi rendue compte que je ne supportais plus le stress et le rythme de la vie parisienne.
J’ai donc décidé de faire des choses qui me conviennent mieux, dans un contexte où je me sens bien.
J’ai réfléchi à tout ce qui m’intéressait, à ce que je faisais spontanément dans ma vie, et j’ai échangé avec des amis et des personnes qui m’accompagnaient dans mon évolution personnelle. L’accompagnement de personnes et le travail avec la Nature s’est imposé assez naturellement.

 

Pourquoi avez-vous décidé de vous orienter vers la Sylvothérapie plutôt que vers une autre pratique ?

En fait c’est assez « drôle », je dirais que c’est la sylvothérapie qui s’est orientée vers moi plutôt que le contraire…Depuis plusieurs années, je m’octroie des vacances seules, en France ou à l’étranger, parce que j’en ai besoin pour recharger mes batteries. Il s’agit toujours d’endroit où je peux profiter de la Nature et croiser peu de gens. Et je me suis rendue compte au moment de ce changement de vie, à travers différentes recherches, que ce que je pratiquais spontanément pour moi-même depuis plusieurs années dans ces moments là avait un nom : la sylvothérapie.

 

 

Vous allez bientôt commencer à animer des mini formations de Sylvothérapie en partenariat avec Naturorama. En quoi la transmission du savoir est importante pour vous ?

Même si cela commence un peu à changer, je suis toujours un peu agacée sur la vision que de nombreux médias donnent de la sylvothérapie, une vision que je trouve complètement tronquée et orientée pour faire de l’audience. Il me tient donc à cœur de montrer aux gens ce que c’est, et tout ce que l’on peut trouver derrière ce mot…
Mon souhait ? Que quand je parle de sylvothérapie j’ai le droit à d’autres réponses que les habituelles « sylvo-quoi ? je ne connais pas… » ou « ah oui ! C’est faire des câlins aux arbres »

 

Souhaitez-vous ajouter un petit mot pour la fin ? Une devise, un mantra ou une citation qui vous guide dans la vie ?

J’allais vous dire non, mais j’ai repensé au poème INVICTUS de William Ernest Henley. Qui m’accompagne depuis que je l’ai lu. C’est devenu une tradition pour moi, de le recopier dans tous mes agendas.
Il sera sans doute un peu trop long pour être écrit dans sa globalité, alors voici la dernière strophe, la plus connue :

« […]
It matters not how strait the gate
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate
I am the captain of my soul »