Bonjour Katell, vous êtes formatrice et créatrice de parfums, notamment pour des marques de cosmétique bio. Quel parcours de formation avez-vous eu pour arriver à formuler des parfums Cosmebio vendus dans le commerce ?

 

Bonjour Ulrich,

 

Je suis effectivement formatrice et créatrice de parfums, spécialisée en créations naturelles. Mais comment en suis-je arrivée là ? Revenons au tout début….

 

Je ne suis pas née à Grasse (berceau de la parfumerie) mais dans une petite cité de Bretagne dans le Golfe du Morbihan. J’y ai grandi entourée et attirée par toutes les odeurs si riches et diverses présentes dans cette région.

Très vite j’ai été attirée par le côté artistique : la danse tout d’abord, que j’ai pratiqué pendant 15 ans (classique et modern-jazz). Puis les odeurs que je passe mes journées à humer : au grand air, dans la cuisine, dans la rue…..

 

Très vite l’envie de créer a pris le dessus sur le désir initial de découvrir et reconnaitre les odeurs. Je me suis alors donné tous les moyens d’assouvir cette grande passion et réaliser mon rêve : devenir Parfumeur Créateur.

Pour cela j’ai suivi une solide formation en chimie des parfums, ce qui m’a permis d’intégrer en 2003 un laboratoire de création où je resterai 11 ans. J’y ai acquis toute mon expérience en travaillant à tous les niveaux de la création à la production, en passant par le choix des Matières Premières, la présentation des soumissions au client, la règlementation mais aussi l’encadrement d’une équipe. Ce travail polyvalent dans une petite structure m’a permis d’appréhender toutes les étapes de la réalisation d’un parfum, mais pas uniquement la création. Mais c’est surtout là que j’apprends mon métier de créateur et fais « mes gammes » auprès d’un maître parfumeur, qui a su me faire confiance et me laisser totale liberté sur de nombreux projets principalement pour des marques de niche et pour tous types de supports. Dès mes débuts je voue une passion pour les matières premières naturelles et les créations 100% naturelles en étroit lien avec mes origines.

 

Puis vient le temps de l’envol… En 2014 je choisis la liberté de la création et des choix en devenant indépendante.

 

Depuis je n’ai cessé de développer ma passion en créant de nombreux parfums pour tous types de projets, en faisant la part belle aux Matières Premières Naturelles : ma passion de toujours.

 

J’en ai fait ma spécialité : la création de parfums les plus respectueux de l’homme et de son environnement, des créations 100% naturelles.

 

Je suis d’ailleurs devenue en 2017 Parfumeur Maison pour la marque Acorelle, une marque de Parfums et Cosmétiques naturels, des pionniers dans ce domaine. Une marque dont je partage la philosophie et les valeurs.

 

En 2012, afin de me rapprocher de mon « histoire familiale », de mes convictions de vie personnelles et pour parfaire mes connaissances des huiles essentielles dans une dimension autre, j’ai suivi une solide formation en aromathérapie scientifique.

 

Un plus que je peux mettre en avant dans mes créations.

 

Enfin en 2018, pour des choix professionnels et personnels je quitte la région parisienne pour installer mon atelier près de l’océan… » mon » océan, sur les bords de l’atlantique qui me rappelle ma Bretagne natale et la nature : mes plus grandes sources d’inspiration.

 

Et parce que partager, échanger est important et extrêmement enrichissant, j’ai été formatrice pendant 13 ans à l’ISIPCA et je suis toujours formatrice et animatrice d’ateliers autour du parfum et des matières premières de la parfumerie mais aussi intervenante auprès des entreprises en tant qu’experte, et tout cela en parallèle de la création.

 

Pouvez-vous nous éclairer sur votre métier ?

Je suis Parfumeur Créateur ou Créatrice de Parfums spécialisée en parfums 100% naturels et/ou bio.

J’imagine une histoire olfactive pour un projet donné puis le créer en associant différente matières premières de façon harmonieuse et équilibrée. Et pour certains projets particuliers, j’apporte une dimension supplémentaire en utilisant les vertus naturelles de certaines matières (les huiles essentielles).

Mon métier est donc de créer une odeur pour un parfum pour la personne mais aussi pour parfumer un produit cosmétique ou un produit d’ambiance (ou autre) afin de susciter une émotion et d’apporter du plaisir, du bien-être.

Quels types d’ingrédients utilisez -vous dans vos créations ?

Le parfumeur peut disposer d’une palette (ou orgue) extrêmement vaste avec un très grand nombre de matières premières d’origine naturelle et de synthèse : jusqu’à 5000.

Pour moi, le plus important est de privilégier la qualité des matières premières (et leurs caractéristiques olfactives) ainsi que leur méthode d’obtention respectant l’homme et sa planète. Ainsi, je ne travaille pas avec 5000 matières premières, mais j’ai choisi une palette plus réduite (pour des raisons pratiques aussi) Cela me permet, néanmoins, d’avoir des possibilités de création infinies.

Privilégiez-vous les matières premières naturelles dans vos compositions ? Pourquoi ?

 

J’ai depuis mes débuts privilégié l’utilisation des matières premières naturelles pour différentes raisons.

 

Je pense que c’est tout d’abord issue de mes racines.

 

J’ai grandi en Bretagne : une région exceptionnelle où la Nature est riche, caractéristique, sauvage et où nous sommes très sensibilisés à sa préservation. Cette Nature si contrastée est le Symbole de cette région.

 

J’ai aussi depuis ma naissance été très sensibilisée à l’écologie, le respect de notre terre et de l’humain qui ont été les maîtres mots de mon éducation.

 

J’ai donc naturellement eu à cœur de développer des parfums respectueux de l’homme et de notre planète.

 

Pour le goût du challenge aussi car travailler les matières premières naturelles c’est travailler avec un nombre restreint de matières d’une part mais aussi avec des matières qui sont déjà des créations à part entières.

 

En effet chaque huile essentielle (ou absolu ou résinoïde ou teinture) est constituée d’une multitude de molécules. Associer 2 produits naturels c’est en fait formuler avec un très grand nombre de molécules qui peuvent interagir entre elles.

 

Enfin je pense que j’ai naturellement un penchant, une sensibilité pour les matières naturelles et les émotions suscitées.

 

Ainsi pour toutes ces raisons, depuis le début de mon parcours de créatrice, j’ai voulu sublimer la Nature, la mettre en avant en utilisant les plus belles matières qu’elle nous donnait.

 

Quelles contraintes amènent l’utilisation des huiles essentielles dans votre métier ?

 

La première contrainte est que chaque Huile essentielle est composée d’une multitude de composants (molécules), c’est donc déjà une véritable création.

 

Il faut donc réussir à associer ces huiles essentielles de façon harmonieuse.

 

La qualité et la quantité des matières premières extraites de la nature dépendent de l’environnement (climat, sol…) dans lequel elles sont cultivées ainsi que de la méthode d’extraction. Et nous ne pouvons pas tout contrôler.

 

Ensuite même si elles sont parfaitement contrôlées avec des normes extrêmement drastiques, il peut y avoir quelques évolutions de l’odeur (mais aussi des autres caractéristiques organoleptiques). Nous devons donc formuler avec cela.

 

Il faut aussi que le consommateur accepte les petites différences qui peuvent parfois être observées.

 

Une autre contrainte (mais qui n’en est pas une pour moi) est de comprendre que chaque matière première naturelle vit et donc évolue.

 

Il faut donc laisser le temps aux huiles essentielles de s’associer et « vivre » entre elles, lors du processus de création.

 

Vous avez co-créé récemment l’eau de parfum La Bohème chez Acorelle, pouvez-vous nous détailler un peu le processus créatif et technique qui permet d’aboutir à un produit comme celui-ci ?

La Bohème est le dernier parfum de la gamme prestige que j’ai créé pour la marque Acorelle. Comme tous les parfums de la marque c’est avant tout un parfum 100% naturel et certifié COSMOS ORGANIC, tout en étant créatif, sophistiqué et en ayant du sillage.

 

Voilà les informations les plus importantes pour la création et notifiées bien sûr sur le brief. Mais qu’est ce qu’un brief ?

 

Un brief est un cahier des charges sur lequel figure un maximum d’informations à prendre en compte pour la création du parfum.

 

La réception du brief élaboré par la marque, ici Acorelle est la première étape de création.

 

On y trouve une première information : la direction olfactive (voire plus selon le projet), mais aussi le prix du concentré de parfum, la cible, la date prévue de lancement…

 

Dès que j’ai reçu ce brief (et échangé avec Acorelle, car je m’attache à échanger un maximum, c’est ce qui me permet de tisser un lien particulier pour chaque collaboration), j’imagine une histoire olfactive pouvant répondre à cette demande en tenant compte de toutes les informations données. C’est un moment que j’adore : imaginer l’histoire….A chaque histoire, j’associe un nom. Quand j’ai trouvé le nom qui correspond le mieux, c’est que ce processus est abouti.

 

En général, j’imagine 2-3 histoires pour un même brief.

 

Ensuite je sélectionne les matières premières que je pourrai utiliser pour créer cette histoire en tenant compte bien sûr de toutes les contraintes techniques et notamment du fait que le parfum est 100% naturel et doit respecter la certification COSMOS ORGANIC (avec un cahier des charges particulier), et en utilisant le principe de l’Olfactothérapie. (utiliser les vertus naturelles des huiles essentielles d’agir sur nos émotions)

 

Et je réalise la formule : je définis une quantité précise de chacune des matières premières choisies.

 

La formule ainsi créée est pesée puis évaluée olfactivement et modifiée jusqu’à ce que j’obtienne une senteur qui me semble raconter l’histoire que j’ai imaginée pour répondre à la demande.

 

Je réalise alors une première présentation des différentes « pistes » à Acorelle qui va choisir la piste qui lui convient le plus. Cette piste sera alors retravaillée selon les observations de Acorelle jusqu’à ce que j’obtienne un parfum qui correspond exactement à ce qu’Acorelle souhaite.

 

D’ailleurs pour La Bohème, Acorelle souhaitait un parfum fleuri, mais rappelant un champ de fleurs sauvages. Ce parfum, dont le nom a été donné par Acorelle avant la fin de la création (ce qui est la première fois), devait inviter au voyage, être synonyme de liberté.

 

J’ai donc imaginé un parfum léger, délicat et sophistiqué, légèrement frais en tête, s’ouvrant sur un bouquet de fleurs blanches, de fleurs des champs, mais indéfinissables (que chacune pouvait donc s’approprier). Une fragrance s’enveloppant d’une douceur ambrée-boisée pour un sillage rassurant mais de caractère.

 

Un parfum complexe, multifacettes, qui a du sillage et que j’ai créé en ayant une obsession : qu’on ne puisse pas le différencier d’un parfum « conventionnel ».

 

Une ode à la liberté, aux vertus harmonisantes qui favorise le bien-être et la pensée positive.

 

Pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec les huiles essentielles ?

 

Je crois que ma première rencontre s’est réalisée via ma grand mère, une femme très inspirante pour moi. C’était une femme que j’admirais beaucoup par son côté décalé et qui en même temps était attachée aux vraies valeurs : le respect de notre terre. A l’époque elle faisait figure d’extra- terrestre avec ses idées sur l’écologie et le « bio ». Mais moi elle me plaisait.

 

Elle avait toujours un petit flacon en verre bleu dans son sac, un flacon d’huile essentielle de lavande qui diffusait son odeur fraîche, apaisante et si caractéristique. Son porte monnaie en était

 

imprégné. J’ai souvenir aussi de ses cosmétiques « bio » qu’elle utilisait (peu nombreux à l’époque) et parfumés avec une ou 2 huiles essentielles ;

 

Puis je les ai rencontrées de nouveau et de façon plus technique lors de ma première année d’étude lors de mes cours d’olfaction mais aussi de botanique. Et elles ne m’ont plus quittée. Elles m’ont toujours accompagnées et j’ai appris à les connaître, reconnaître, utiliser (à différents niveaux et aussi bien au niveau professionnel que personnel), dompter, sublimer ….

 

Et j’apprends toujours….C’est ce que j’adore dans ce métier.

 

Pensez-vous que chacun puisse “travailler son nez”, affiner ses perceptions et apprendre à manier les fragrances comme on peut apprendre à cuisiner par exemple ?

Je pense effectivement que chacun peut travailler son nez car c’est avant tout une question de sensibilité mais aussi de travail, de rigueur.

C’est un des rares sens, contrairement à la vue ou l’ouïe que l’on ne forme pas. (à l’école par exemple).

Toutes nos connaissances sont donc issues de notre histoire, notre éducation.

Mais nous pouvons y remédier en travaillant et en sentant régulièrement, en s’entrainant. Comme un musicien fait ses gammes.

Sentir, ressentir pour connaître, reconnaître et identifier.

Auriez-vous un petit exercice que chacun puisse faire chez soi pour développer et affiner son odorat ?

 

Bien sûr, un petit exercice très simple.

 

Tout est dans la répétition, et le travail régulier.

 

Commencer par une dizaine d’huiles essentielles de famille olfactive différente.

 

Prenez un flacon, sentez-le et notez sur un papier tout ce que vous ressentez et vous permet de décrire la matière. Essayez de la décrire de façon la plus objective. Notez aussi vos émotions.

 

Faites cela pour chaque matière.

 

Ensuite chaque jour, essayez de vous octroyer 10 minutes pour sentir à chaque fois quelques matières en associant le nom du produit, la description que vous avez faite et ce que vous sentez et ressentez.

 

Plus vous sentez et associez une odeur et une émotion et plus le « lien » sera fait et vous enregistrerez l’odeur.

 

Une fois cet exercice réalisé, ressentez l’ensemble des matières sans les regarder, en essayant de les reconnaître.

 

Lorsque vos 10 premières huiles essentielles sont bien reconnues, reproduisez cet exercice avec d’autres huiles essentielles.

 

Merci d’avoir répondu à toutes ces questions pour Naturorama, et nous vous retrouverons en toute logique prochainement pour l’une de vos formations disponible sur notre site : https://naturorama.fr/formations/formation-cosmetique-naturelle